LE DISTRICT AUTONOME D’ABIDJAN SOUHAITE UN BON MOIS DE DECEMBRE A TOUS SES ADMINISTRES   ◊    L’HOTEL DU DISTRICT EST SITUE A L’INTERSECTION DU BOULEVARD DE LA RÉPUBLIQUE ET DE L’AVENUE DELAFOSSE   ◊   
ACTIVITES

ECONOMIE: Lutte contre les insectes ravageurs / M2I OFFRE UNE ALTERNATIVE AUX PRODUITS CHIMIQUES

La société M2i, basée en France, est présente au Salon de l’agriculture et des ressources animales (SARA), qui a ouvert ses portes depuis quelques jours dans la commune de Port-Bouët. Le représentant de cette société à ce rendez vous des produits agricoles et animaliers, M. Hermann Aloboué, ingénieur de son état, est venu pour, dit-il, présenter aux Ivoiriens, une gamme de produits bio, qui sont une alternative aux produits chimiques.

Au dire de M. Aloboué, les produits de M2i ont été mis au point pour lutter contre les insectes ravageurs, tels que les charançons des bananiers, des palmiers, qui s’attaquent à toutes sortes de cultures. Ils ne sont pas dangereux pour l’être humain. Et sont, affirme-t-il, une solution aux pulvérisations chimiques qui ne sont pas toujours sans conséquence pour la santé de l’être humain.

Ils sont d’autant efficaces qu’ils permettent de contourner les résistances que peuvent développer les insectes ravageurs vis-à-vis des produits chimiques, lesquelles résistances ont comme conséquence, la faible efficacité de ces types de produits quant à combattre et détruire lesdits insectes.

M2i est donc présent au 5e SARA pour faire la promotion de ses produits bio, en véhiculant le message qui consiste à informer le monde paysan qu’il existe des moyens autres que ceux qu’il utilise depuis des années, pour lutter efficacement contre les insectes ravageurs. Ceux qui veulent utiliser ses produits ont la latitude de prendre directement contact avec cette société, en allant sur Internet.

Pour ce qui est des coûts qui souvent constituent un frein pour nombre de paysans, il n’y a pas à s’inquiéter outre mesure. Selon Hermann Aloboué, Ils ont été étudiés pour que tous ceux qui le désirent puissent s’en procurer. Les coûts de ces produits, à l’en croire, sont donc à la portée de la bourse de tous les paysans.

Article de Souleymane T. SENN/ Photo de Ismaïl Koné



28. Nov, 2019