Consultez la liste des sites à risque concernés par l´opération de déguerpissement du DAA en cliquant ICI   ◊    Consultez la liste des sites à risque concernés par l´opération de déguerpissement du DAA en cliquant ICI   ◊   
DEPECHES

SOCIETE : Laurent Tchagba satisfait des recommandations d’Accra pour la gestion des fleuves Bia et Tanoé (Communiqué)

:

Le ministre des Eaux et Forêts, Laurent Tchagba a exprimé au nom du gouvernement ivoirien, mercredi 15 mars 2023 ,à Accra au Ghana, sa satisfaction pour les recommandations arrêtées pour le nouveau plan de gestion des bassins versants transfrontaliers des fleuves Bia et Tanoé.


M.Tchagba qui a conduit depuis lundi 13 mars 2023, la délégation ministérielle ivoirienne au Ghana en vue de trouver une solution au problème de pollution des eaux des bassins en partage entre les deux pays s’est dit satisfait des résolutions devant permettre leur gestion intégrée en vue de garantir des ressources d’eau en qualité aux populations et des produits halieutiques appropriés à l’alimentation. Il a promis que la Côte d’Ivoire prendra les dispositions nécessaires pour mettre en œuvre les recommandations issues des travaux.

Le communiqué conjoint signé pour la Côte d’Ivoire par le ministre des Eaux et Forêts, Laurent Tchagba et du côté Ghanéen par la ministre de l’Assainissement et des Ressources en Eau, Cecilia Abena Dapaah recommande aux gouvernements des deux pays de prendre les dispositions idoines en vue de mettre fin à l’exploitation minière illégale et aux autres activités qui entraînent la pollution des bassins et de promouvoir un suivi régulier des ressources en eau.


Au niveau de la coopération bilatérale, les deux parties appellent à réactiver et à rendre permanents le comité ministériel conjoint et le sous-comité technique conjoint chargés de surveiller la pollution causée par l’exploitation minière illégale dans les bassins fluviaux transfrontaliers et étendre également les comités aux autres secteurs concernés.


Les participants à la réunion bilatérale entre le Ghana et la Côte d’Ivoire proposent le renforcement des opérations de sécurité aux frontières, afin d’empêcher les activités clandestines susceptibles d’avoir un impact négatif sur la qualité des ressources en eau de la Bia et de la Tanoé et de partager les meilleures pratiques et les expertises en matière d’exploitation minière et dans d’autres domaines pertinents.


Au niveau de la coopération multilatérale, ils préconisent une présentation pour examen et adoption au prochain sommet de la CEDEAO, l’initiative de l’autorité des bassins Comoé-Bia-Tanoé, telle que convenue par le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Mali.


Les ministres se sont engagés à mettre en œuvre ces recommandations, indique le communiqué.


Le fleuve Bia a une longueur de 290 km avec 120 km sur le territoire ivoirien, son bassin versant est de 10 100 km dont 3 200 km2 en Côte d’Ivoire.


Quant au fleuve Tanoé, ce cours d’eau présente une longueur de 400 km avec 50 km dans la portion nationale, son bassin versant fait 16 100 km2 dont 1 200 km2 en Côte d’Ivoire.

Ces deux cours d’eau sont utilisés pour de multiples usages dont la production d’eau potable, la pêche, les activités agricoles et la production d’énergie hydro- électrique à travers les barrages d’Ayamé 1et 2.


Les portions ivoiriennes des deux bassins sont en aval où se trouve l’embouchure à la lagune Aby.


Actuellement, ces eaux sont menacées par des activités anthropiques à savoir les rejets industriels, l’utilisation des intrants agricoles, l’insuffisance en assainissement mais aussi les eaux usées domestiques, l’orpaillage clandestin.


Toutes ces activités affectent la biodiversité, les écosystèmes terrestres et aquatiques et la santé humaine.


(AIP)



17. Mar, 2023