Consultez la liste des sites à risque concernés par l´opération de déguerpissement du DAA en cliquant ICI   ◊    Consultez la liste des sites à risque concernés par l´opération de déguerpissement du DAA en cliquant ICI   ◊   
DEPECHES

ECONOMIE : Côte d´Ivoire : le régulateur du cacao affirme qu´il résistera aux tentatives de réduction des différentiels

:

La Côte d´Ivoire a du mal à vendre ses contrats d´exportation de cacao pour la saison 2024/25, les sociétés multinationales exigeant une baisse des prix, qui sont élevés en raison d´une pénurie de l´offre, a déclaré mercredi le directeur général du conseil café cacao ( CCC) le régulateur du cacao du pays. . 


La Côte d´Ivoire est le premier producteur mondial de cacao, principal ingrédient du chocolat. Avec le Ghana voisin, il produit environ les deux tiers de l´approvisionnement mondial.


Le pays s´attend à une baisse de 25 % par rapport a l´année dernière des arrivages de cacao pour la principale récolte actuelle, d´octobre à mars, en raison des mauvaises conditions météorologiques, a déclaré Yves Brahima Koné, directeur général du Conseil du Café et du Cacao (CCC).


 Des sources industrielles avaient précédemment déclaré à Reuters qu’elles s’attendaient à une baisse de 20 % de la production pour la saison 2023/24. Les contrats à terme sur le cacao à Londres ont atteint un niveau record lundi, les spéculateurs redoublant de paris sur la hausse des prix. 


La CCC a commencé à vendre des contrats d´exportation pour la saison 2024/25, mais les ventes sont lentes et de nombreuses entreprises ne sont pas disposées à payer le prix du marché mondial , a déclaré Koné. 


L’une des primes que la Côte d’Ivoire utilise pour améliorer les revenus des producteurs de cacao est connue sous le nom de différentiel d’origine et est payée par le marche du cacao pour tenir compte des différences de qualité des fèves de différentes origines.


La prime est actuellement nulle ( 0) mais les multinationales font pression pour qu´elle soit négative, a déclaré Kone.


 "Nous avons commencé la semaine dernière les ventes de contrats d´exportation pour la saison 2024/25 au prix actuel du marché mais les multinationales nous ont approchés pour exiger une réduction du différentiel d´origine qui est déjà à zéro depuis plusieurs mois", a déclaré Koné.


 "Nous voulons dire à l´industrie du cacao et du chocolat... que nous ne réduirons pas le différentiel. Nous avons fait trop d´efforts et de sacrifices pour eux", a-t-il déclaré à Reuters.

De grandes entreprises telles que Hershey (HSY.N), Nestlé (NESN.S), Mondelez (MDLZ.O) et Barry Callebaut (BARN.S) achètent du cacao en Côte d´Ivoire. 


La Côte d’Ivoire et le Ghana ont boycotté les réunions de l’industrie du chocolat et du cacao à Bruxelles l’année dernière en raison d’un différend similaire sur les prix. 


Cinq exportateurs interrogés par Reuters ont déclaré qu´ils ne pouvaient pas se permettre d´acheter des contrats d’ex pour la saison prochaine aux prix actuels.


 "Personne ne peut acheter les contrats 2024/25 sans une réduction du différentiel d´origine. Les prix sont beaucoup trop élevés et cela crée trop de risques pour nous si le marché se retourne et que les prix baissent", a déclaré le directeur d´une multinationale d´exportation qui a demandé l’anonymat pour s’exprimer librement.


Le directeur d´une autre société d´exportation européenne a déclaré qu´elle serait obligée d´acheter des contrats pour la saison 2024/25 mais qu´elle attendrait le plus longtemps possible, peut-être jusqu´au début de l´année prochaine.



26. Oct, 2023