Le Ministre Gouverneur et son Conseil informent les Abidjanaises et les Abidjanais de la cérémonie de remise des clés à son Excellence Monsieur João Lourenço, Président de la République d’Angola, le Jeudi 27 juin 2024 au District Autonome d’Abidjan.   ◊    Rencontre avec les maires et Cissé Bacongo : « La liste des 176 Zones à risque comporte des zones qui ne sont plus à risque notamment Anono » (Cissé Bacongo)... « Le ministre gouverneur que je suis n’ira jamais sur un terrain qui n´est pas le sien et il n´y aura jamais de conflit entre nous » (Bacongo). Voir le lien : https://abidjan.district.ci/fichiers/LISTES-DES-ZONES-A-RISQUES-Synthese.pdf   ◊   
Anciens Maires et Gouverneurs

M. ROBERT BEUGRE MAMBE Ministre, Gouverneur du District Autonome d’Abidjan M.Robert BEUGRE MAMBE

du 04 mai 2011 au 27 décembre 2023:

Robert BEUGRÉ MAMBÉ   Qui est-il ?

Ancien Président de la Commission électorale indépendante (CEI), Robert Beugré Mambé, est né à Abiaté le 01 janvier 1952, localité située à la périphérie d´Abidjan, dans le sud de la Côte d’Ivoire. Titulaire d´un baccalauréat mathématiques et technique, il rentre en 1971 à l´Ecole Normale Supérieure des Travaux Publics où il s´adjuge le diplôme d´ingénieur des travaux publics, en 1976. Vice- major de sa promotion, il est sélectionné, sur la base de ses excellents résultats scolaires, par le Fonds Européen de Développement pour des études complémentaires. Il part alors à Paris pour parfaire ses connaissances et en ressort avec un diplôme de 3ème cycle.

Après son cursus universitaire, ce spécialiste en calcul de ponts, de barrages, d’immeubles de grande hauteur, de plateformes en mer et de grands ouvrages d’assainissement intègre l´administration ivoirienne où il exerce dans les plus hautes sphères de l´Etat, assurant pendant de nombreuses années, la fonction de Directeur de Cabinet des plusieurs Ministres en charge de l’Urbanisme, du Logement, de la Construction, de l’Equipement, de l’Assainissement, des Transports, du Tourisme et de l’Environnement. Il est aussi sollicité régulièrement par la Banque Mondiale pour conduire des projets communautaires. Au sortir de la grave crise post-électorale qu’a connue la Côte d’Ivoire en 2010, il est nommé Gouverneur du District Autonome d´Abidjan en avril 2011, avec pour mission de reconstruire aux côtés du Président de la République, la capitale économique Abidjan, lui redonner son positionnement international

et renouer les liens de la cohésion sociale entre les principales couches ethniques, politiques et sociales du Grand Abidjan. Il nourrit de grandes ambitions pour le District Autonome d’Abidjan et en quelques années seulement de travail, il convainc les plus sceptiques sur ses grandes capacités de manager, ce qui lui vaut aujourd’hui des lauriers aussi bien au plan national qu´international.

Dans l´exercice de ses responsabilités de Gouverneur du District Autonome d’Abidjan, il fait montre d´un engagement acharné dans la lutte contre la pauvreté, à travers un certain nombre de projets tels que la construction d´usines d´attiéké (semoule de manioc cuite à la vapeur, projet pour lequel Abidjan a obtenu le 3ème Prix Mondial de l’Association Métropolis), de transformation de la tomate fraîche en conserve. Mais aussi, et surtout, à travers l´institution du Prix Alassane Ouattara du jeune entrepreneur émergent doté d´une enveloppe annuelle de 200 millions de FCFA, afin de permettre aux jeunes qui le souhaitent de s´installer à leur propre compte.

En 2016, à l’issue du Conseil des Ministres du mercredi 27 juillet, il est nommé Ministre auprès du Président de la République chargé des Jeux de la Francophonie. Mambé réussit à les organiser avec brio au point où lors de sa réunion d’orientation en 2018 à Paris, les Responsables de l’Organisation Internationale de la Francophonie les qualifient « des plus aboutis de l’histoire de l’organisation. »

Le 13 Mai 2020, le Président de la République procède à la Signature de décrets de nomination. Parmi les promus se trouve Robert Beugré Mambé. Il est désormais Ministre, Gouverneur du District Autonome d’Abidjan. Deux ans après, soit en Février 2022, le Président de la

République, SEM Alassane Ouattara fait de lui le numéro 3 du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), le parti au pouvoir.

Le travail de ce prédicateur ne passe pas inaperçu, c´est à juste titre qu´il figure en bonne place parmi "les 50 personnalités qui font la Côte d´Ivoire", selon le célèbre hebdomadaire panafricain « Jeune
Afrique l’Intelligent ». En mai 2015, il décroche une autre distinction et non des moindres, celle du meilleur africain ayant initié des actions de développement local en faveur des populations. Un prix qui a mobilisé les sommités du monde de la finance et des assurances à Abidjan. Aujourd´hui, il caresse le rêve de hisser Abidjan au rang de grandes métropoles africaines telles que le Caire, Johannesburg et Lagos.

Pour atteindre ce noble objectif, il a engagé des travaux d´Hercule dans les domaines de la voirie, de l´électrification, de l´adduction d´eau, de l´éducation pour plusieurs milliards de FCFA. Il veut ainsi prendre une part active dans l´émergence de la locomotive de l´UEMOA que constitue la Côte d´Ivoire.
En 2023, il est élevé au grade de Docteur honoris causa de l’Ecole de Commerce de Lyon en même temps que plusieurs autres personnalités africaines et européennes influentes.

FORMATION ACADÉMIQUE

 

1977 : Diplômé du Centre des Hautes Etudes de la Construction de Paris France (Spécialité calcul des structures en béton Armé et béton Précontraint): diplôme de 3ème cycle Equivalence du D.E.A (Diplôme d´Etudes Approfondies).
1973-1976 : Diplôme d’Ingénieur des Travaux Publics (Vice-major de la promotion)
1971-1973 : Mathématiques supérieures et mathématiques spéciales
1971 : Baccalauréat mathématiques et techniques

 

FORMATIONS COMPLEMENTAIRES


1998 : Formation en matière de financement du logement en France auprès de l’Office HLM, Caisse des Dépôts, Crédit Foncier, Caisse de Garantie, Crédit Agricole, Caisse de Refinancement Hypothécaire, sur financement de la Coopération Française.

1995 : Formation sur la gestion foncière (financement, aménagement, commercialisation) au Centre de Formation continue de l`Ecole Nationale des Ponts et chaussées de Paris

1994 : Formation sur le financement du logement à Paris, au Centre de Formation Continue de l`Ecole Nationale des Ponts et Chaussées.

1991-1992: Formation en gestion des entreprises à l`Ecole des Chefs d’Entreprises d’Abidjan (1 année scolaire)

1991: Gestion financière et Gestion des ressources Humaines (Yamoussoukro)

1989 : La stratégie de l’entretien routier: Programmations et mécanismes de mise en œuvre. Formation à Libreville (Gabon) par la Banque Mondiale

1986 : Stage à la Caisse des Dépôts et Consignations de Paris sur la Gestion des Sociétés d`Economie Mixte en Aménagement Urbain à Lyon et Marseille (structures, financement, méthodologie)

1984 : Formation en gestion des entreprises au Centre Ivoirien de Gestion des Entreprises

1984: Formation en gestion du Personnel à Yamoussoukro

--

CONFÉRENCES D’ORDRE GÉNÉRAL

1991: Le métier d`ingénieur Génie Civil : hier, aujourd`hui et demain. Encadrement de thèses de fin cycle (dans l`enseignement supérieur). En collaboration avec des élèves ingénieurs de l’ENSTP,
1- Promotion immobilière privée individuelle et promotion immobilière collective : comparaison des coûts.
(Mr N`Guessan André Rodrigue)

2- Optimisation de l`aménagement foncier. (Mr Kouakou Didier)

3- Mécanisme de collectes des impôts fonciers. (Mr Dosso Gosse)

4- La purge des droits coutumiers : la rationalisation. (Mr Amani Gilles)
5- La quotité cessible dans le financement du logement, (Mr Gnayoro Guy Noël)
6- La demande et l´offre en logements. (Mr Sidibé Laciné)
7- Le dimensionnement des ouvrages de drainage. (Mr Loukou Konan, décédé)
8- Etablissement d´un catalogue de calcul des débits pour les ouvrages routiers. (Mr N`Guessan Yao)
9- Les conséquences plurielles du déficit en logements. (Mr Kessé Gérard)
10- Le financement de l`aménagement foncier. (Mr Kossonou Yao Roméo)

11- La création des Titres fonciers : faiblesses et solutions. (Mr Touré Watoun Mathieu)
12- La gestion de la copropriété à Abidjan : problématique et solutions. (Mr Koné Souleymane) En collaboration avec des étudiants en DESS Economie immobilière de l’Université FHB

13- Impact des exonérations fiscales sur le coût du logement (Mr Dao B)
14. La part du logement dans le Produit Intérieur Brut de la Côte d`Ivoire de 1990 à 2000. (Mme Daly Félicité)
15. L´influence du circuit de vente des matériaux sur le coût des logements. (Mr Yao Kouadio Hippolyte)

16. Le choix alternatif des logements en Rez-de-Chaussée et en hauteur: point de vue du décideur politique. (Mlle Touré K.)

AUTRES RESPONSABILITÉS

De 1995 à 2001 : 1er Adjoint au maire de Songon (commune située à 30 km d`Abidjan). Chargé des problèmes de développement urbain et des pistes agricoles et villageoises. Conférence dans le domaine de l`habitat et de l`aménagement urbain
1999 : Coprésident scientifique de préparation puis président scientifique du séminaire de refonte (i) des textes organiques des professions de l’immobilier, (ii) des relations entre professionnels de l`immobilier, (iii) des relations entre les professionnels de l`immobilier et l`Etat, organisé en 1999 à Yamoussoukro (Côte d`Ivoire).
1999 : le financement du logement en Côte d`Ivoire.

1988 : Organisateur principal et conférencier au séminaire sur l`entretien routier à l`Ecole Nationale Supérieure des Travaux Publics de Yamoussoukro.
1986 : Membre du comité scientifique du séminaire sur l´aménagement urbain organisé par l’USAID à Harare au Zimbabwe en 1986
1986 : Organisateur principal et directeur scientifique du séminaire sur la conception des réseaux d´assainissement et de drainage dans l´aménagement urbain, organisé à l`Ecole nationale supérieure des TP de Yamoussoukro (Côte d`Ivoire).
1986 : Le dimensionnement et le calcul des ouvrages de drainage et d`assainissement
1986 : La politique de l`Habitat en Côte d`Ivoire de 1960 à 1984

1986 : Les infrastructures dans l´aménagement urbain
Depuis 1978 :
- Encadrement des élèves ingénieurs pour leur thèse de fin de cycle
- Membre du grand jury et président du sous-jury bâtiment et urbanisme des diplômes d`ingénieur de l`Ecole Nationale Supérieure des Travaux Publics (ENSTP)
1978 à 1997 : membre de plusieurs Conseils d’Administration de sociétés (Caisse Nationale de Prévoyance Sociale, Société de Construction et de Gestion Immobilière, Office Ivoirien des Chargeurs, Office des Télécommunications de Côte d`Ivoire).
De 1978 à 1984: - Assistant en calculs de structures et ouvrages de drainage à l`ENSTP.
- Chargé de cours en calculs de structures à l`ENSTP
- Professeur de calcul des ouvrages en béton précontraint (en relation avec le professeur Dreux du CEBTP de Paris).



M.Pierre Djédji AMONDJI

2001-2011:

 

" M. Djedji Amondji Pierre est issu de la grande famille Abromando d´ Adjamé- Abidjan. Il  fut le premier gouverneur depuis l’érection de la ville d’Abidjan en District d’Abidjan.
Il a été nommé à ce poste en septembre 2002, sur la liste d’union FPI-PDCI-PIT, victorieuse des élections des Conseils généraux de Districts et de Départements de 2001.


Membre de la direction du Front Populaire Ivoirien (FPI), il a été auparavant maire de la commune d’Adjamé, à Abidjan, de 1995 à 2001. Il a également été  député à l’Assemblée Nationale, de 2000 à 2010, toujours pour le compte de la circonscription électorale d’Adjamé.


Djedji Amondji Pierre est enseignant de son état .Titulaire d’une maitrise d’Histoire obtenue à l’Université d’Abidjan. Il a été de 1980 à 1995, professeur d’histoire-géographie, conseiller à la Direction de la Pédagogique et professeur de CAFOP.  
 

 



M.Ernest N’Koumo MOBIO

1985-2001:

Le dernier maire de la ville d’Abidjan est bien, Ernest N’Koumo MOBIO. Né à Abidjan-Agban en 1933 dans l’actuel District d’Abidjan, il fait des études d’Ingénieur agronome à l’ENSA (Ecole nationale de la statistique appliquée) de Rennes en France et se spécialise en agronomie tropicale. Il fut directeur de cabinet du ministre de l’agriculture de 1966 à 1970, puis directeur général de la Société pour le développement des fruits et légumes (SODEFEL) de 1970 à 1980.

Membre du PDCI-RDA, Ernest N’Koumo MOBIO est élu député d’Attécoubé et vice-président de l’Assemblée nationale de 1981 à 1985. En 1985, il est élu à la mairie de la ville d’Abidjan, après le limogeage d’Emmanuel DIOULO en mars 1985.



M. Emmanuel DIOULO

1980-1985:

 En 1980, Félix Houphouët-Boigny, chef de l’Etat d’alors admit que le train de la démocratie s’était arrêté quelque part. Il décida en conséquence de le remettre en route. C’est ainsi que la fonction de maire devient élective. Saisissant l’occasion, les Tchaman, communément appelés Ebrié, se sentant marginalisés sur leur territoire, considèrent que ce poste leur revenait de droit. C’est en cela qu’Antoine Kanga prit la sage décision de ne pas se présenter aux élections municipales d’Abidjan et la mairie échut à un Tchaman du "goto kwè" du nom d’Emmanuel DIOULO.

Il quitte alors son poste de président directeur général de l’Autorité pour l’aménagement de la région du Sud-Ouest (AARSO) de l’époque pour prendre la tête de la municipalité.

En 1983, le nouveau maire de la ville se distingua en proposant le transfert de la capitale politique et administrative à Yamoussoukro. Il n’a pu achever son mandat, car il fut contraint de céder sa place au mois de mars de l’année 1985.



M.Antoine Konan KANGA

1960-1980:

Né le 20 mai 1917 à Kahankro, près du Département de Toumodi, M. Antoine Konan KANGA commence sa vie professionnelle comme commis du cadre spécial du gouvernement de l’AOF (Afrique Occidentale Française), après de brillantes études au célébrissime Ecole normale William-Ponty de Dakar. Mais la situation des colonies va l’amener à s’engager dans la lutte politique très tôt auprès de Félix Houphouët-Boigny dans son combat contre l’injustice coloniale.

Ainsi, après la victoire politique du PDCI-RDA, il entre dans la commission municipale en mai 1954 et deux ans plus tard, soit le 20 novembre 1956, il devient adjoint au maire de la ville d’Abidjan. Avec pour maire, M. Félix Houphouet-Boigny. Secrétaire d’Etat aux finances dans le gouvernement du Premier ministre Houphouët-Boigny le 30 avril 1959, il va abandonner ce poste pour succéder à son mentor à la tête de la ville d’Abidjan. Il devient ainsi le 1er maire de la capitale politique de la Côte d’Ivoire "Indépendante" jusqu’en 1980.

En 1962, il décide d’attribuer les noms de certains africains aux rues d’Abidjan : Avenues Victor Biaka Boda, Gabriel Dadié, Reine Pokou, Ouezzin Coulibaly, Marie ; boulevards Jean Delafosse, Gbon Coulibaly, Nana Yamoussou et Mamadou Konaté. 



M.Jean-Claude DELAFOSSE

:

Il fut pendant une bonne vingtaine d’année le président de la société des palaces de Cocody La Côte d’Ivoire, petite Afrique en devenir, regorge d’un atout touristique considérable. Et cela depuis que les frontières ont été tracées par les colons.
Il s’agit notamment du parc animalier d’Abokouamékro, de la Basilique Notre Dame de la paix, de la Fondation Houphouët-Boigny, des sites balnéaires sur les côtes Est et Ouest, les réserves et faunes de plusieurs hectares, la baie des sirènes, l’artisanat, le tourisme de circuit, etc. Conscient de ce riche atout, M. Félix Houphouët-Boigny, président de la République d’alors, a créé un ministère du tourisme pour coordonner et valoriser cette industrie. D’où la nomination de M. Jean-claude Delafosse, de nationalité française, en temps que ministre du tourisme dans le 15ème gouvernement de la République de Côte d’Ivoire le 16 octobre 1989 par le président de la République Félix Houphouët-BOIGNY.

Pendant l’exercice de ces fonctions, Jean-claude Delafosse a élaboré un projet de développement de ce secteur sur trois axes : le tourisme de congrès, des affaires et de loisirs.
C’est-à-dire sur les différentes formes d’industries connues afin d’attirer bons nombres de touristes et de visiteurs.

Cette politique volontariste de promotion des atouts du pays a permis au ministre de créer plusieurs Hôtels de renoms tels que le Golf, le Novotel, le Tiama, le Hilton, Ibis Plateau et Marcory pour permettre à tous ceux qui posaient les pieds dans ce pays bien se loger décemment. 



M.Félix HOUPHOUËT-BOIGNY

1956-1960:

 Après une brillante carrière politique entamée le 3 septembre 1944 par la création du Syndicat agricole africain (SAA), qui lui a permis d’être successivement ministre dans le gouvernement français, président de l’Assemblée nationale ivoirienne en 1953 ; Félix Houphouët-Boigny, né en 1905, à N’Gokro dans le Département de Yamoussoukro, va devenir le 1er maire d’Abidjan en novembre 1956. Poste qu’il occupera jusqu’à son élection comme président de la nouvelle République de Côte d’Ivoire le 07 août 1960. Il va céder son poste à Jean Porquet pour 15 jours, puis à Antoine Konan Kanga.