RESULTATS PRIX ADO DU JEUNE ENTREPRENEUR EMERGENT DU DISTRICT D’ABIDJAN 2017   ◊    4E EDITION DU PRIX "ALASSANE OUATTARA DU JEUNE ENTREPRENEUR EMERGENT". DOTE D´UNE ENVELOPPE GLOBALE DE 200 MILLIONS DE FRANCS CFA. . LES DOSSIERS SERONT REÇUS DU 21 AU 26 AOUT 2017 AU PLATEAU, IMMEUBLE LE SIGNAL, BVD DE LA REPUBLIQUE DE 7 H A 17H   ◊   
DEPECHES

Côte d’Ivoire: trois soldats radiés après des tirs dans un camp militaire (armée)

:

Abidjan - Trois soldats ont été radiés de l´armée ivoirienne au lendemain de troubles dans deux camps militaires à Abidjan et Korhogo (nord), où trois militaires ont été tués, a annoncé le chef d´état major général des armées dimanche.

 

"Suite aux événements survenus dans la nuit du 14 au 15 juillet, dans la commune d´Abobo (quartier populaire d´Abidjan) et dans la ville de Korhogo, les militaires dont les noms suivent sont radiés des effectifs des forces armées de Côte d´Ivoire à compter de ce jour 15 juillet 2017", a déclaré le général Sékou Touré dans un communiqué.

 

"Ce sont caporal Fanny Hamidou, caporal Konaté Yanoua, caporal Traoré Abdoulaye", poursuit le texte.

 

Dans la nuit de vendredi à samedi, des soldats "ont cru devoir exprimer des récriminations en se servant de leurs armes dans la commune d´Abobo et dans la ville de Korhogo", avait annoncé le général Touré dans un communiqué samedi.

 

"Les Forces de défense et de sécurité sont immédiatement intervenues pour mettre fin à ces agissements", poursuivait le texte, précisant qu´il y a eu "trois morts, trois blessés et trois interpellés" à Korhogo, ainsi que trois personnes interpellées à Abobo.

 

"Les auteurs de tels agissements seront purement et simplement radiés des effectifs et mis à la disposition de la justice", avait déclaré le général Touré.

 

Selon une source proche de l´armée ivoirienne, les tirs de la nuit auraient été le fait de militaires mécontents.

 

Le calme était revenu dans les deux villes samedi matin.

 

En janvier puis en mai, la Côte d´Ivoire a connu des mutineries d´anciens rebelles intégrés dans l´armée et réclamant le paiement de primes promises.

 

Ils ont fini par obtenir de l´Etat 12 millions de francs CFA par tête (18.000 euros).

 

Environ 6.000 anciens rebelles "démobilisés", qui n´ont pas été intégrés à l´armée, ont eux aussi réclamé des primes, sans succès. Quatre d´entre eux avaient été tués en mai lors de l´intervention des forces de l´ordre pour disperser leur mouvement.

 

La Côte d´Ivoire a connu une décennie de violente crise entre 2002 et 2011.

Le pays était coupé en deux entre les rebelles des Forces nouvelles occupant le Nord et l´armée régulière qui avait la maîtrise du Sud.

 

eak/gde/AFP




17. Juil, 2017