JEUX DE LA FRANCOPHONIE : l’ACCES AUX DIFFERENTS SITES DES COMPETITIONS SPORTIVES ET CULTURELLES EST ENTIEREMENT GRATUIT    ◊    LE MINISTRE- GOUVERNEUR ROBERT BEUGRE MAMBE INVITE TOUT LA POPULATION ABIDJANAISE A ASSISTER A L’INAUGURATION DU VILLAGE DES JEUX CE MERCREDI A 8H A l’INJS A MARCORY EN PRESENCE DU VICE PRESIDENT DANIEL KABLAN DUNCAN   ◊   
Anciens Maires et Gouverneurs

M.Pierre Djédji AMONDJI

2001-2011:

 

" M. Djedji Amondji Pierre est issu de la grande famille Abromando d´ Adjamé- Abidjan. Il  fut le premier gouverneur depuis l’érection de la ville d’Abidjan en District d’Abidjan.
Il a été nommé à ce poste en septembre 2002, sur la liste d’union FPI-PDCI-PIT, victorieuse des élections des Conseils généraux de Districts et de Départements de 2001.


Membre de la direction du Front Populaire Ivoirien (FPI), il a été auparavant maire de la commune d’Adjamé, à Abidjan, de 1995 à 2001. Il a également été  député à l’Assemblée Nationale, de 2000 à 2010, toujours pour le compte de la circonscription électorale d’Adjamé.


Djedji Amondji Pierre est enseignant de son état .Titulaire d’une maitrise d’Histoire obtenue à l’Université d’Abidjan. Il a été de 1980 à 1995, professeur d’histoire-géographie, conseiller à la Direction de la Pédagogique et professeur de CAFOP.  
 

 



M.Ernest N’Koumo MOBIO

1985-2001:

Le dernier maire de la ville d’Abidjan est bien, Ernest N’Koumo MOBIO. Né à Abidjan-Agban en 1933 dans l’actuel District d’Abidjan, il fait des études d’Ingénieur agronome à l’ENSA (Ecole nationale de la statistique appliquée) de Rennes en France et se spécialise en agronomie tropicale. Il fut directeur de cabinet du ministre de l’agriculture de 1966 à 1970, puis directeur général de la Société pour le développement des fruits et légumes (SODEFEL) de 1970 à 1980.

Membre du PDCI-RDA, Ernest N’Koumo MOBIO est élu député d’Attécoubé et vice-président de l’Assemblée nationale de 1981 à 1985. En 1985, il est élu à la mairie de la ville d’Abidjan, après le limogeage d’Emmanuel DIOULO en mars 1985.



M. Emmanuel DIOULO

1980-1985:

 En 1980, Félix Houphouët-Boigny, chef de l’Etat d’alors admit que le train de la démocratie s’était arrêté quelque part. Il décida en conséquence de le remettre en route. C’est ainsi que la fonction de maire devient élective. Saisissant l’occasion, les Tchaman, communément appelés Ebrié, se sentant marginalisés sur leur territoire, considèrent que ce poste leur revenait de droit. C’est en cela qu’Antoine Kanga prit la sage décision de ne pas se présenter aux élections municipales d’Abidjan et la mairie échut à un Tchaman du "goto kwè" du nom d’Emmanuel DIOULO.

Il quitte alors son poste de président directeur général de l’Autorité pour l’aménagement de la région du Sud-Ouest (AARSO) de l’époque pour prendre la tête de la municipalité.

En 1983, le nouveau maire de la ville se distingua en proposant le transfert de la capitale politique et administrative à Yamoussoukro. Il n’a pu achever son mandat, car il fut contraint de céder sa place au mois de mars de l’année 1985.



M.Antoine Konan KANGA

1960-1980:

Né le 20 mai 1917 à Kahankro, près du Département de Toumodi, M. Antoine Konan KANGA commence sa vie professionnelle comme commis du cadre spécial du gouvernement de l’AOF (Afrique Occidentale Française), après de brillantes études au célébrissime Ecole normale William-Ponty de Dakar. Mais la situation des colonies va l’amener à s’engager dans la lutte politique très tôt auprès de Félix Houphouët-Boigny dans son combat contre l’injustice coloniale.

Ainsi, après la victoire politique du PDCI-RDA, il entre dans la commission municipale en mai 1954 et deux ans plus tard, soit le 20 novembre 1956, il devient adjoint au maire de la ville d’Abidjan. Avec pour maire, M. Félix Houphouet-Boigny. Secrétaire d’Etat aux finances dans le gouvernement du Premier ministre Houphouët-Boigny le 30 avril 1959, il va abandonner ce poste pour succéder à son mentor à la tête de la ville d’Abidjan. Il devient ainsi le 1er maire de la capitale politique de la Côte d’Ivoire "Indépendante" jusqu’en 1980.

En 1962, il décide d’attribuer les noms de certains africains aux rues d’Abidjan : Avenues Victor Biaka Boda, Gabriel Dadié, Reine Pokou, Ouezzin Coulibaly, Marie ; boulevards Jean Delafosse, Gbon Coulibaly, Nana Yamoussou et Mamadou Konaté. 



M.Jean-Claude DELAFOSSE

:

Il fut pendant une bonne vingtaine d’année le président de la société des palaces de Cocody La Côte d’Ivoire, petite Afrique en devenir, regorge d’un atout touristique considérable. Et cela depuis que les frontières ont été tracées par les colons.
Il s’agit notamment du parc animalier d’Abokouamékro, de la Basilique Notre Dame de la paix, de la Fondation Houphouët-Boigny, des sites balnéaires sur les côtes Est et Ouest, les réserves et faunes de plusieurs hectares, la baie des sirènes, l’artisanat, le tourisme de circuit, etc. Conscient de ce riche atout, M. Félix Houphouët-Boigny, président de la République d’alors, a créé un ministère du tourisme pour coordonner et valoriser cette industrie. D’où la nomination de M. Jean-claude Delafosse, de nationalité française, en temps que ministre du tourisme dans le 15ème gouvernement de la République de Côte d’Ivoire le 16 octobre 1989 par le président de la République Félix Houphouët-BOIGNY.

Pendant l’exercice de ces fonctions, Jean-claude Delafosse a élaboré un projet de développement de ce secteur sur trois axes : le tourisme de congrès, des affaires et de loisirs.
C’est-à-dire sur les différentes formes d’industries connues afin d’attirer bons nombres de touristes et de visiteurs.

Cette politique volontariste de promotion des atouts du pays a permis au ministre de créer plusieurs Hôtels de renoms tels que le Golf, le Novotel, le Tiama, le Hilton, Ibis Plateau et Marcory pour permettre à tous ceux qui posaient les pieds dans ce pays bien se loger décemment. 



M.Félix HOUPHOUËT-BOIGNY

1956-1960:

 Après une brillante carrière politique entamée le 3 septembre 1944 par la création du Syndicat agricole africain (SAA), qui lui a permis d’être successivement ministre dans le gouvernement français, président de l’Assemblée nationale ivoirienne en 1953 ; Félix Houphouët-Boigny, né en 1905, à N’Gokro dans le Département de Yamoussoukro, va devenir le 1er maire d’Abidjan en novembre 1956. Poste qu’il occupera jusqu’à son élection comme président de la nouvelle République de Côte d’Ivoire le 07 août 1960. Il va céder son poste à Jean Porquet pour 15 jours, puis à Antoine Konan Kanga.